La marmite des savoirs Lucullus Succulus Stiker marmite

Marmite des savoirs : La betterave

La betterave

1• quelle est son étymologie ?

La betterave était appelée auparavant « bette-rave », à cause de ses feuilles semblables à celles des bettes (ou blettes) et de sa racine appelée rave. Au cours des siècles, le trait d’union a disparu pour donner un seul et même mot.

2• comment produit-on la betterave ?

Il existe trois types de betteraves différentes : les betteraves sucrières, dont on se sert pour faire du sucre ; les betteraves fourragères qui permettent de nourrir le bétail ; les betteraves potagères que l’on peut acheter dans un supermarché cuite et mise sous vide.

Elle n’a pas de couleur fixe : elle peut être rouge, mais également jaune, blanche, voire orange. Même sa forme varie : souvent ronde, elle peut aussi être ovale, voire conique et ressembler à une carotte géante (on appelle d’ailleurs la betterave « carotte rouge » en Suisse). En fait, il en existe une trentaine de variétés différentes.

La France est le premier producteur mondial de sucre de betterave, et le premier producteur de bioéthanol de betterave au monde. 29 départements du Nord, Nord-Est, Normandie et Île de France (essentiellement) parviennent à ce résultat. L’Aise est le plus gros producteur de betterave de France.

camion_betterave©cedus

3• qu’est-ce que la betterave potagère ?

La betterave potagère est celle que l’on trouve au marché ou dans les supermarchés. Elle est généralement cuite, puis mise sous vide et dégustée froide en salade. Elle tâche énormément : on s’en sert comme colorant le plus souvent. On peut également la manger crue, en la râpant.

Il existe plusieurs variétés. Les plus connues sont : la crapaudine (à la peau brune ridée et à la chair rouge), l’égyptienne (ronde et plate, à la peau et à la chair rouge très foncé), la betterave jaune (plus tendre, moins sucrée, elle est orange de peau et jaune à l’intérieur), la betterave blanche (totalement blanche, elle ressemble à un oignon), ou encore la chioggia (ronde et rose, à la chair blanche et rosée).

Elle est connue depuis l’Antiquité : les Grecs la mangeaient déjà.

Manger des betteraves rouges en grande quantité peut avoir une conséquence amusante : elles contiennent une grande quantité de bétalaïnes qui colorent notamment… L’urine ! C’est drôle, et sans aucun risque pour la santé.

betterave-potagere

4• qu’est-ce que la betterave fourragère ?

La betterave fourragère est destinée à l’alimentation des animaux. Hyper énergétique, on la donne à tous types de bétails pour compléter leur alimentation, surtout durant l’hiver.

Dans une petite ville de Lorraine, à Freistroff, on s’en sert pour tout autre chose… On la sculpte pour célébrer la Rommelbootzen : la « fête de la betterave grimaçante ». C’est une fête païenne qui correspond à la journée d’Halloween : on souhaite effrayer les mauvaises esprits avec des visages effroyables. Et pour cela, on utilisait les légumes que l’on récoltait à cette période. C’était la betterave fourragère.

betterave-fourragere

5• que faut-il savoir sur la betterave sucrière ?

La betterave sucrière est arrivée en France à travers l’Italie : elle est grosse et blanche, là encore comme une grosse carotte. On découvre vers 1600 qu’elle a un grand pouvoir sucrant, mais personne ne trouve à l’époque un moyen d’extraire du sucre de manière suffisamment efficace à grande échelle.

Il faudra attendre plus de cent cinquante ans pour qu’un Allemand démontre que le sucre de la betterave est comparable à celui de la canne à sucre, produite beaucoup plus loin dans les colonies (notamment aux Antilles) et qu’il faut donc importer. En 1810, une commission informe Napoléon de l’intérêt que la France aurait à produire elle-même son sucre : après la défaite française à Trafalgar et la mise en place du blocus continental, les cargaisons en provenance des îles coloniales ont du mal à atteindre la métropole.

C’est à ce moment qu’on présente à Napoléon deux pains de sucre de betterave. Les techniques se sont améliorées : l’empereur décrète l’implantation de 32 000 hectares de champs de betteraves en France. Il débloque 5 millions de francs pour financer l’opération.

Mais en 1815, l’empire chute et le blocus continental avec lui. La canne à sucre des colonies présente une vraie menace pour la betterave. Seuls le peu d’impôt sur la betterave, puis l’abolition de l’esclavage dans les colonies (1848) viennent soutenir sa production. À partir de ce moment-là, les usines de sucre de betterave poussent un peu partout en France, surtout dans le Nord-Est.

Or, c’est précisément dans cette zone que la Première Guerre Mondiale (1914-1918) voit la plupart de ses batailles (notamment celles de la Marne de 1914 et 1918 ou encore la bataille de Verdun) les plus meurtrières, les plus destructrices. Les champs sont ruinés, la production de betterave et de son sucre chute drastiquement.

Après les deux guerres mondiales, une révolution mécanique vient rentabiliser l’industrie et participent à faire de la France le plus gros producteur de sucre de betterave.

betterave-sucriere

6• comment utilise-t-on la betterave ?

On l’a vu, la betterave sucrière sert à constituer du sucre. Et c’est avec le sucre que l’on fait du bioéthanol : c’est un carburant à base d’alcool (l’éthanol) qui, mélangé à du sans-plomb 95, permet de faire fonctionner des moteurs. C’est le fameux E-10 que l’on voit un peu partout dans les stations service. Il est composé de 10% d’éthanol et de 90% de sans-plomb.

jojo-marmite2
Si tu as d’autres questions sur la betterave
ou des suggestions de Marmites des Savoirs
n’hésite pas à nous écrire !