Les îles Moluques, quel joli nom ! Voilà le pays d’origine de la muscade, dans l’archipel des îles indonésiennes. Il y a bien longtemps que l’Homme connaît et utilise la muscade : Pline l’ancien (23-79), un romain, décrit en 50 après JC un arbre dont on peut extraire une épice…

La muscade est une graine. L’arille, la partie charnue autour de la noix, s’appelle le macis. On le fait sécher avant de le réduire en poudre. Les Arabes, lorsqu’ils font le commerce des épices, l’apportent à Constantinople (aujourd’hui Istanbul) vers 540. Au XIIème siècle, la muscade se trouve partout du nord au sud de l’Europe, rapportée dans les poches des Croisés. Au Moyen-Âge, elle parfume le vin et est brûlée dans les rues pour masquer la puanteur.

muscade

On pense qu’elle a fait des miracles. Ainsi en 1147, Saint-Hildegarde pense qu’en conservant dans sa poche une noix de muscade reçue au nouvel an, il ne peut se casser un os. Selon les époques, d’autres pensent qu’elle protège des démangeaisons, du mal de gorge, de la scarlatine, des vertiges ou des troubles de la mémoire… La muscade entre dans de nombreux mélanges d’épices destinés à parfumer les currys.

En Asie, on fait de la confiture avec l’arille. La noix est utilisée entière ou en poudre. Son parfum est à la fois puissant et raffiné. Il est plus délicieux encore si on râpe la noix au moment même de la préparation du plat. On l’utilise dans les plats salés. Ne l’oublie pas dans les pommes de terre, mélangée aux viandes hachées, aux omelettes ou aux gratins. Tu peux en faire tomber une pincée dans le fromage fondu ou en saupoudrer légèrement les viandes de porc et d’agneau.

Autres recettes
Prudence

Ce petit panneau va apparaître dans les recettes.
Il est là, pour te dire de demander de l’aide à un adulte
lorsque tu dois utiliser des ustensiles tranchants, faire cuire ou chauffer.
Dans une cuisine, il faut être prudent !